Body as a Vessel

Collection de pièces vestimentaires photographiée par Jules Moskovtchenko, 2018.

Tricot feutré et moulé sur sculptures en plâtre, papier maché et colle. Accessoires en argile plastique et silicone.

La collection de pièces porte sur les questions de sculpture d’identité et de passage d’influences.

Alors que le feutre se moule sur des formes sculpturales pour devenir elles, l’individu se moule sur autrui. Ces formes sont souples et toujours en mouvement, jamais fixées. Fluides, pliées. Comme des peaux en mutation, elles ont des rides.

Le soi est imaginé à travers l’acte de collection de signes, tel un patchwork de morceaux fusionnant en un seul tissu. La robe est alors une rapsodie de fragments. Les graffitis présents dans la matière évoqueraient des peintures rupestres, des traces spontanées de langage.

Ces peaux profanées par les mots et les couleurs deviennent sculptures singulières et définies. Telles des tapisseries intimes, elles deviennent des espaces où l’individu peut se répandre et venir raconter sa propre histoire.

“Le contenu ou le contenant?” dit l’une d’entre elles.